Bonne lecture pour l'été: Tangente vers l'est .....

Publié le par isabelle corbo-zbinden

http://www.editions-verticales.com/data/GrandeCouv/341.jpg

«Ceux-là viennent de Moscou et ne savent pas où ils vont. Ils sont nombreux, plus d’une centaine, des gars jeunes, blancs, pâles même, hâves et tondus, les bras veineux le regard qui piétine, le torse encagé dans un marcel kaki, allongés sur les couchettes, laissant pendre leur ennui résigné dans le vide, plus de quarante heures qu’ils sont là, à touche-touche, coincés dans la latence du train, les conscrits.» 

Pendant quelques jours, le jeune appelé Aliocha et Hélène, une Française montée en gare de Krasnoïarsk, vont partager en secret le même compartiment, supporter les malentendus de cette promiscuité forcée et déjouer la traque au déserteur qui fait rage d’un bout à l’autre du Transsibérien. Les voilà condamnés à fuir vers l’est, chacun selon sa logique propre et incommunicable. 

      De tous les écrivains français qui ont pris le Transsibérien au printemps 2010, à la faveur d'un voyage officiel organisé pour l'année France-Russie, Maylis e Kerangal est l'une des rares à avoir donné une forme romanesque à son journal de bord. Et quelle forme ! Pleine de souffle et d'ampleur, l'écriture dynamique propulse les mots dans la phrase pour donner un rythme de tambour baroque à son récit toujours plus captivant. Face à l'immensité des paysages russes, son esprit a vagabondé entre le romantisme et l'amertume, entre l'infini des possibles et la vanité des désirs. Ce récit court et facile à lire est une belle histoire d'amour ferroviaire entre éclats, zones d'ombre et lignes de fuite....

Maylis de Kerangal est née à Toulon le 16/06/1967.

Elle grandit au Havre qui servira de décor à l'un de ses romans. Éditrice pour les éditions du Baron perché, elle travaille aux Guides Gallimard puis à la jeunesse. Elle reçoit en 2012 le prix Landerneau pour ce roman.

 







Publié dans critiques de livres

Commenter cet article